Derniers Commentaires

En réponse à: La chapelle funéraire d'un entrepreneur au Père-Lachaise (75)

Huet Mathilde [Visiteur]
Pour information : Louis Marie Eugène FRENAIS de Coutard est mort le 27 mars 1917 (et non en 1918)

https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_morts_pour_la_france_premiere_guerre/detail_fiche.php?ref=393388&debut=0

Cordialement
PermalienPermalien 10.09.21 @ 20:42

En réponse à: Les Compagnons chapeliers du Devoir

BERLAND [Visiteur]
Bonjour

Même cas que Nicole Provence.
Je cherche des infos sur un compagnon chapelier originaire de Lille et qui s'est arrêté à La Réole(Gironde) en 1820/1821. Des infos générales . Pas juste sur lui. Sur le groupe des compagnons dans lequel il sillonnait la France. Un lien? Merci à tous
PermalienPermalien 09.09.21 @ 07:58

En réponse à: Le Compagnonnage est-il mort ? (Sur les dangers d’une scolarisation du Compagnonnage)

galliera jeannine [Visiteur]
Le compagnonage ne peut, ne doit pas mourir! se réformer certainement, non pas dans la transmission de ses valeurs et savoirs, mais ouvrir un horizon nouveau dû à un monde en plein chamboulement. peut-être se rapprocher de l'éducation nationale par des interventions en milieu scolaire avec comme outil des ateliers pédagogiques. merci à tous, compagnons du devoir et de la persévérance. bien à vous
PermalienPermalien 23.08.21 @ 09:28

En réponse à: Une conférence au profit des jeunes de l'Union Compagnonnique de Paris

@ Joël Luyé : je pense que oui. Il faut contacter directement les jeunes de la Cayenne de Paris à cette adresse mail : jeunescayenneparis@gmail.com
PermalienPermalien 09.08.21 @ 17:04

En réponse à: Une conférence au profit des jeunes de l'Union Compagnonnique de Paris

Luyé Joel [Visiteur]
En reste t' il encore?
PermalienPermalien 09.08.21 @ 16:53

En réponse à: À propos du lacs d'amour

Decosse [Visiteur]
- l’avantage du noeud « de 8 » est, en tirant chaque brun doucement et régulièrement de pouvoir « poser » le noeud là où on le veut
- indesserable sans volonté et action spécifique, il montre que dans l’effort et l’épreuve, le lac d’amour se resserre
- utilisé en héraldique sur une cordelière aux extrémités à houppelande, entourant le blason il symbolise le veuvage
En certains liieux cette même cordelière en rassemble les enfants
PermalienPermalien 09.08.21 @ 13:21

En réponse à: Les balcons du charpentier de Perrusson (37)

patrick broux [Visiteur]
il me semble fortement que c'est là qu'habitait le Pays Bernard Simon, Tourangeau L'Ami D.T.D.F. premier Comp Maroquinier reçu à l'Union Compagnonnique. Ce Comp travaillait à la SAVEBAG,(jouxtant la maison) jusqu'à la fin du XXéme .Flamand L'A.D.A. Comp Sellier Egalitaire
PermalienPermalien 05.08.21 @ 15:06

En réponse à: Les balcons du charpentier de Perrusson (37)

@ Frédéric Mardelle : Merci pour ces précisions. J'ignorais que les balcons ont disparu. Peut-être un lecteur du blog aura-t-il des informations quant à ce qu'ils sont devenus ? Il est hélas à craindre qu'ils aient été détruits…
Cet exemple illustre une nouvelle fois l'urgence qu'il y a à recenser tous ces témoignages compagnonniques appartenant au "petit patrimoine".
PermalienPermalien 05.08.21 @ 09:10

En réponse à: Les balcons du charpentier de Perrusson (37)

Frédéric Mardelle [Visiteur]
Bonjour,
Je suis le petit fils de Michel Mardelle.
Je confirme que mon grand père était Compagnon du Devoir. En revanche c’est Maurice ( mon arrière grand pere, lui même Compagnon du Devoir ) qui a conçu les balcons.
Je suis passé récemment sur la commune de Perrusson et j’ai découvert que les balcons avaient disparu. Est ce vous sauriez ce qu’ils sont devenus.
PermalienPermalien 05.08.21 @ 08:25

En réponse à: Abbaye de Boscodon : le frère Isidore s'en est allé…

Adeline [Visiteur]
Isidore, une vraie Personne qui, lorsque je l'ai rencontré à 20 ans dans les années 80, m'a ouvert les voies de la créativité humaine.
PermalienPermalien 01.08.21 @ 21:11

En réponse à: Les Frahans, maçons de Samoëns et de la haute vallée du Giffre, un livre de Mickaël Meynet.

@ Madame Bon :
Le livre de Mickaël Meynet sur les Frahans est manifestement épuisé et devenu difficile à trouver d'occasion.
Vous pouvez me contacter par le biais de ce site et de son adresse de contact : contactblog@compagnonnage.info
Mais je ne suis pas spécialiste de la généalogie savoyarde… Peut-être trouveriez-vous davantage d'aide du côté des cercles généalogiques locaux ?
Cordialement.
PermalienPermalien 29.07.21 @ 12:50

En réponse à: Les Frahans, maçons de Samoëns et de la haute vallée du Giffre, un livre de Mickaël Meynet.

BON [Visiteur]
ou puis je me procurer ce livre sur les FRAHANS et autres compagnies maçonniques de la vallée du Giffre. Monsieur MATHONIERE a bien voulu me répondre mais je ne retrouve plus son adresse mail. je vous remercie Monsieur de bien vouloir me la renvoyer car j aurais à faire appel à vos connaissances si vous le voulez bien. Mes ancêtres Bon, Delassiaz, Montant sont tous de TANINGES
Remerciements anticipés.
PermalienPermalien 29.07.21 @ 09:47

En réponse à: Les Frahans, maçons de Samoëns et de la haute vallée du Giffre, un livre de Mickaël Meynet.

BON [Visiteur]
Mon arrière grand père, né en 1846 à TANINGES, émigra avec sa femme Marie Josephte MILLION et se fixa à GENEVE où ils eurent 8 enfants tous suisses. Je crois qu'il avait une entreprise de tuc.
j aimerais savoir si il appartenait à une confrérie maçonnique ? j'aimerais me procurer tous ouvrages sur ce sujet.
PermalienPermalien 23.07.21 @ 18:30

En réponse à: Un blason de Compagnon charpentier avec les lettres U S G T à Aurillac (15)

l'assemblage [Visiteur]
B U
brouette usagée
A C
à changer
PermalienPermalien 10.07.21 @ 06:34

En réponse à: Recherches sur les Compagnons tailleurs de pierre de la famille Dénat de Castelnaudary et Toulouse

Pierre GENDRE [Visiteur]
étant moi-même Franc-Maçon, j'ai un document exceptionnel à vous communiquer : un jeton de la loge encyclopedique de Toulouse.

P .°. G ..°.
PermalienPermalien 14.06.21 @ 14:40

En réponse à: Outils de charpentier sur une pierre tombale à Gentioux (23)

Gewa THOQUET [Visiteur]
En cherchant des renseignements iconographiques sur internet sur les charpentiers XIXe siècle)et maçons de la Creuse (XVIIe siècle), je suis arrivée par hasard sur votre site. Il est fort intéressant et je vous félicite et vous remercie beaucoup.

Gewa THOQUET, www.lescheminsdupasse.fr

[Merci ! Le vôtre est également très intéressant.]
PermalienPermalien 23.04.21 @ 10:14

En réponse à: Du nouveau sur les légendes compagnonniques

hrms [Visiteur]
Toujours aussi excellent en cette période. Du grand Jean-Michel.
hrms
PermalienPermalien 01.04.21 @ 10:11

En réponse à: Du nouveau sur les légendes compagnonniques

Manuel Domingues [Visiteur]
Ce matin, ma boule de cristal m'a dit de vite me connecter... et je ne suis pas déçu ! Bien Amicalement cher Jean-Michel Mathonière, prends soin de toi.
PermalienPermalien 01.04.21 @ 05:40

En réponse à: Un polyèdre à Saint-Christophe-sur-le-Nais (37)

Philippe Gilot [Visiteur]
Bonjour,

Si cela vous intéresse, et pour faire suite au commentaire, je peux vous envoyer une photo d'une carte postale montrant bien les deux piliers et les deux polyèdres du portail près de l'église de St-Christophe.

Cordialement,

Philippe Gilot

PermalienPermalien 12.03.21 @ 08:29

En réponse à: Les Compagnons tailleurs de pierre en France et en Europe

@ SPROCQ Hélène

Bonjour,
vous avez beaucoup de chance : en général, il est quasi impossible de retrouver des traces… Mais là, si : il est assez probable que c'est votre ancêtre qui figure sur les rôles d'Avignon sous le numéro 334.
Surnom : La Réjouissance Saintraille. Xaintrailles (47). État civil ou indices : Maizonnier (d'après un document des CPTDP de Bordeaux).
Remarques : Signe le Rôle des CPTDP d'Avignon entre 1782 et fin 1823. Figure en tant que Maître Remercié parmi les délégués des CPTDP de Bordeaux sur un rapport du 3 avril 1829 concernant le changement de siège de Bordeaux.
Si votre ancêtre est bien né à Xaintrailles et était en vie au cours des années 1820-1830, il ne fait pratiquement aucun doute que c'est lui, à moins qu'il ait eu un frère ou un cousin pratiquant le même métier et qui a fait son Tour de France à la même époque !
Pouvez-vous me le confirmer et éventuellement m'indiquer quelques informations sur sa vie ?
Cordialement.
PermalienPermalien 02.03.21 @ 16:09

En réponse à: Les Compagnons tailleurs de pierre en France et en Europe

SPROCQ Hélène [Visiteur]
Bonjour,
Je suis à la recherche d'un ancêtre compagnon tailleur de pierre qui aurai participé a la réalisation des Quinconces de Bordeaux
Il s'agit de Arnaud MAIZONNIER
Comment retrouver des traces de ce qui m'a été transmis oralement ? Et retrouver son surnom ?
Pouvez vous me conseiller ?
Avec mes remerciements
Hélène Sprocq
PermalienPermalien 02.03.21 @ 15:59

En réponse à: Joseph Denis Boucher dit « La Brie l'Ami du Trait » (1836-1911)

Un exemplaire du traité signalé dans l'article est signalé comme appartenant aux fonds des bibliothèques municipales de Buenos-Aires :

BOUCHER,J. D., Epures sur la construction des courbes et le développement de la circonférence, par J. D. "Boacher" (sic). Buenos Aires. lmprenta y Litografia A. Pech. s.f. 21 p.diagr. 36,5 cm. La notice indique que l'exemplaire a été daté par l'auteur de 1896.

Source :
http://www.iaa.fadu.uba.ar/publicaciones/otros/Tratados_de_arquitectura.pdf (page 200)
PermalienPermalien 02.03.21 @ 07:36

En réponse à: Les deux ponts « à coquille » de Lourmarin et de Bonnieux (84)

Danet [Visiteur]
Je n'ai pas lu tout les commentaires, mais ces 2 petits ponts me paraissent tout à fait remarquable.
Voici, mon analyse; La coquille joue le rôle d'une trompe et permet tout en gardant le bandeau de la voûte et les pieds droits alignés de former une courbe sur le tablier permettant de mieux supporter des efforts latéraux potentiels venant de l'amont en cas de crue. Je suppose....
Bien à vous
PermalienPermalien 28.02.21 @ 12:21

En réponse à: Les Compagnons teinturiers du Devoir

Voici la photographie d'une ceinture de compagnon teinturier (1830) conservée par les musées de Bordeaux, celle de Guillaume Gauthier, dit Périgor(d) Noble Cœur :
PermalienPermalien 25.02.21 @ 07:51

En réponse à: Le paradoxe des formations diplômantes en Compagnonnage

luyé joel [Visiteur]
emmanuel Rousseau Président!!!!!!!!
PermalienPermalien 11.02.21 @ 07:15

En réponse à: Le paradoxe des formations diplômantes en Compagnonnage

Emmanuel ROUSSEAU [Visiteur]
Ce n'est pas tant le paradoxe qui est gênant, c'est l'idéologie de l'asservissement avec cette posture perverse de persuader les "humbles" qu'ils sont responsables individuellement de la situation actuelle bien qu'elle soit contraire à ce que nous voulons et nous laisse finalement seuls et dépourvus de tout ... C'est aussi se laisser persuader que les dominés sont responsables de leur domination alors que nous devons faire face au contraire à l'irresponsabilité collective ( Il n'existe pas d'ordre morale pour se rendre à l'évidence que nous devons construire une économie alternative, basée sur une autre logique que celle du profit immédiat, même si la voie est étroite et la réussite incertaine ... de défaites en défaites ... c'est là qu'il faut engager nos forces et nos intelligences, dans une construction collective ce qui est contraire aux profiteurs du productivisme et leurs moutons suiveurs ! Ce qui est décisif, c'est de construire un rassemblement politique sur cet objectif et non de s'acheter une bonne conscience par des sacrifices solitaires aux bienfaits incertains. On ne se sauvera pas tout seul mais il est nécessaire de se réveiller et de se conscientiser ... pas gagné !!!
PermalienPermalien 01.02.21 @ 12:41

En réponse à: Une tourelle sur trompe à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron)

La Dépêche a consacré un article sur cet hôtel particulier de Villefranche-de-Rouergue, la maison Bernays-Dardenne construite vers 1540 pour Jean-Imbert Dardenne et son épouse. D'autres trompes y sont présentes pour servir de balcons permettant le passage, à chaque étage, entre les corps de bâtiment.

https://www.ladepeche.fr/article/2016/01/03/2248817-tresor-cache-est-maison-dardenne-revele-toulouse.html

PermalienPermalien 20.01.21 @ 08:11

En réponse à: Enfin une preuve de l'existence de la corde à 13 nœuds chez les bâtisseurs du Moyen Âge !

@ Jack :
Pourquoi s'en passer ? Tout simplement parce que je ne vois pas l'avantage qu'il y aurait, surtout sous prétexte pédagogique, de mentir et de faire croire qu'il y a là un quelconque lien avec les bâtisseurs de cathédrales ! Cela n'a rien de "symbolique" (quel mot fourre-tout !) : c'est de la manipulation pour faire croire à une pseudo "tradition" compagnonnique qui se serait transmise oralement depuis des siècles.
PermalienPermalien 16.01.21 @ 10:18

En réponse à: Enfin une preuve de l'existence de la corde à 13 nœuds chez les bâtisseurs du Moyen Âge !

Jack [Visiteur]
Où pouvait-on la trouver?? A Marseille, bien sûr!!

La corde à 13 nœuds est une astuce pédagogique imprécise et peu pratique qui permet d’illustrer quelques règles de calcul et principes géométriques. Elle n’est pas sans intérêt pour apprendre les premières bases de géométrie aux enfants. Le lien avec les bâtisseurs de cathédrales, même s’il n’est que symbolique excite la curiosité et augmente l’attrait de la leçon. Il ne nuit pas à l’image des compagnons, au contraire ! Alors, pourquoi s’en passer ?
PermalienPermalien 16.01.21 @ 08:25

En réponse à: Les chefs-d'œuvre compagnonniques : typologie et histoire

Dejuge Michel [Visiteur]
Les chef-d'œuvre de nos anciens sont la mémoire vivante de leurs connaissances et du progrès
PermalienPermalien 14.01.21 @ 15:06

En réponse à: Les deux ponts « à coquille » de Lourmarin et de Bonnieux (84)

EGO alain [Visiteur]
merci pour vau recherche tres interessante
PermalienPermalien 08.01.21 @ 23:05

En réponse à: Une inscription énigmatique dans l'amphithéâtre d'Arles (13)

Daniel DUROY [Visiteur]
Si je peux rajouter que si c'est un alphabet maçonnique, la troisième ligne est peut-être la Loge ou/et l'Obédience ?
Je ne crois pas que les nombres soient chiffrés ou je n'en ai jamais vu.
Il y a eu un Hippolyte pierre Raymond CAMBE 1844 - 1912 Né le 26 septembre 1844 à Parisot (Tarn-et-Garonne - France) Décédé le 11 octobre 1912 à Parisot (Tarn-et-Garonne - France) Député de 1890 à 1893.
PermalienPermalien 02.01.21 @ 23:33

En réponse à: Une inscription énigmatique dans l'amphithéâtre d'Arles (13)

Daniel DUROY [Visiteur]
D'accord pour CAMBE RAYMOND. J'ai aussi pensé que le graffeur de la troisième ligne pouvait être différent ?
Mais cela pourrait aussi être des initiales CU?N Compagnon Unis ? ? comme ceux sur le Pont du Gard (ASDD)
PermalienPermalien 02.01.21 @ 23:23

En réponse à: Les Compagnons Passants charpentiers [du Devoir]

grandmontagne [Visiteur]
mon grand père Nicolas Brenner était compagnon charpentier de marine et est allé à Mayence sur le grand chantier naval vers 1908. Franc maçon, socialiste, grand joueur d'échecs, il venait de Charleville puis est resté définitivement en Allemagne après avoir épouser une jolie bourgeoise. Qui a des infos?
PermalienPermalien 18.12.20 @ 09:46

En réponse à: Note au sujet du symbolisme des outils #1

Thierry R. BACHMANN [Visiteur]
Pas d’équerre, pas d’équerre ...

Mais c’est normal, c’est pour le côté « sauterelle », en référence à la nuée de sauterelles, symbole de fougue et d’impétuosité
On peut ici comprendre la force des mouvements syndicalistes dont bien des compagnons, et des francs-maçons (franc-militants :-p) ont été des acteurs de notoriété publique.

Avec ses longues pattes, c’est une référence au déplacement, et donc bien sûr au beau Tour de France.

Elles permettent de bondir toujours vers le haut et vers l’avant, donc une référence évidente compagnonnique et maçonnique, aspiration au progrès, à l’amélioration matériel et moral, intellectuel et social ...

Les sauterelles sont attirées par la chaleur et la lumière, là encore une autre référence compagnonico-maconnique pour ceux qui voient avec le cœur

Bref, je sors vite vite vite :-D
mais bien sûr avec une attestation de déplacement :
- avant d’attirer les foudres des plus sérieux,
- après avoir sorti autant de bêtises sur nos mouvements culturels fraternels (et professionnels pour les compagnonnages)
PermalienPermalien 27.11.20 @ 07:25

En réponse à: Note au sujet du symbolisme des outils #1

Avignon le blog [Visiteur]
J'avais pensé qu'un traitement de la photographie pouvait l'avoir étroitisé...
PermalienPermalien 26.11.20 @ 21:55

En réponse à: Note au sujet du symbolisme des outils #1

@ Avignon le blog : c'est un défaut hélas fréquent dès la fin du XIXe siècle, y compris chez les compagnons qui devraient pourtant savoir, sans corde à 13 nœuds ;-) ce qu'est un "trait carré" !
PermalienPermalien 26.11.20 @ 19:00

En réponse à: Note au sujet du symbolisme des outils #1

Avignon le blog [Visiteur]
L'équerre n'est pas d'équerre !
`(0_o)´
PermalienPermalien 26.11.20 @ 18:57

En réponse à: La tombe d'un Compagnon tailleur de pierre à Rochecorbon (37)

Renvoize [Visiteur]
Je suis cousine de Berge francois la franchise de courses
Mes parent et grand parents et arrière grand parents habite couesmes ma grand mère maternelle s appelée berge Juliette berge étant son nom de mariage son mari ayant un four a chaud il monter des maison d époque..je voudrait savoir s'ils a de la famille proche qui serait vivantes car je crois qu il a de la famille Vivant Encore en france merci de me contacter par mails.merci de continue a faire vivre cette mémoire Collective...
PermalienPermalien 11.11.20 @ 17:52

En réponse à: Compagnonnage et franc-maçonnerie, quelle parenté ?

Dauphiné vsc [Visiteur]
Très intéressants écrits qu'il me plaît de lire sur ces comparaisons entre les deux institutions, étant de l'une d'elle, je pense que les enseignements reçus à l aocddtf me s'uffisent à comprendre comment ma vie doit s'orienter et cela me suffit.
N'étant pas un pro maçonnique de base et en ayant par mes expériences professionnelles côtoyer certains, il reste pour mon jugement bien trop d affairistes dans la franc maçonnerie.
Cela est bien regrettable pour l'image qu'il en ressort vis à vis du profane et grand public. N'étant plus à jour selon nos usages et, étant en retrait de l aocddtf, ne partageant pas les orientation prises au début des années 2000,reste compagnon pour autant et reste attentif à son évolution.
Les loges maçonniques du fait de leurs membres évoluant dans les sphères de pouvoirs on un poid politique et d'influences importants, et cela n'est pas à mon sens le but du compagnonnage
Qui je pense est l'élévation spirituel et professionnel par ses enseignements de l Homme , je pense qu'il faut aussi bien traiter aussi de ce qui nous différencies.
Je pense entre autre que des compagnons devenus franc macon, son pour la plupart déçu de ce que propose le compagnonnage, (voir l aocddtf) une fois leurs tour de France fini. Je m'attache pour ma part à vivres cette enseignement transmis par mes anciens au quotidien sans ambition de pouvoir.
Voilà donc quelques réflexions sur ce sujet toujours, vouloir comparé la lumière de l'un ou de l'autre, ce qui importe c'est qu'elle éclair et guide.
Bien amicalement
Dauphiné vsc
PermalienPermalien 10.10.20 @ 12:45

En réponse à: Le livre de poche des compagnons et des architectes d'antan

Emmanuel ROUSSEAU [Visiteur]
Ah tiens, ce serait parfait pour mon anniversaire du 24 décembre prochain... Pour la Noël je verrai !
PermalienPermalien 01.10.20 @ 20:31

En réponse à: La transmission des savoirs chez les compagnons tailleurs de pierre en France aux XVIIIe et XIXe siècles, une étude en téléchargement gratuit.

Emmanuel ROUSSEAU [Visiteur]
Un ensemble remarquable ... j'y trouve beaucoup d'inspiration et de convergences de points de vues. Merci
PermalienPermalien 01.10.20 @ 19:39

En réponse à: Pour vous procurer mon livre

Pour ceux qui souhaitent néanmoins commander ce livre sur le site XXX, voici le lien : https://amzn.to/3mL0YzI
PermalienPermalien 25.09.20 @ 13:20

En réponse à: Le livre de poche des compagnons et des architectes d'antan

En première position des ventes ce soir sur un célèbre site de vente en ligne, malgré une photo de couverture sans le bandeau…

PermalienPermalien 16.09.20 @ 17:58

En réponse à: Ressources : Le Secret des Compagnons cordonniers dévoilé, 1858.

Sébastien [Visiteur]
Sur archive.org, le texte n'est pas complet. Il manque des pages à partir de la page 88 où l'ordre des pages devient anarchique avant de revenir à peu près dans l'ordre à compter de la page 114.
La numérisation par google souffre des mêmes travers mais sur des pages différentes. Il semblerait qu'il soit possible de reconstituer l'ouvrage à partir de ces 2 sources.
https://books.google.fr/books/about/Le_secret_des_compagnons_cordonniers_d%C3%A9.html?id=Bq82AAAAMAAJ&redir_esc=y
PermalienPermalien 13.09.20 @ 13:00

En réponse à: Le livre de poche des compagnons et des architectes d'antan

Pour se le procurer via le principal site de vente en ligne des librairies indépendantes, voici le lien :
https://www.leslibraires.fr/offres/16692414

Pour se le procurer via le site internet de l'éditeur :
http://www.dervy-medicis.fr/regles-des-cinq-ordres-darchitecture-de-vignole-poche-p-8713.html
PermalienPermalien 11.09.20 @ 08:13

En réponse à: Un blason de tailleur de pierre à Azay-le-Rideau (37)

Geneviève Guilpain [Visiteur]
J'ai consulté les recensements et je peux vous envoyer la liste des habitants de cette maison qui étaient maçons. Je connais les descendants

Cordialement

G.G.
PermalienPermalien 24.08.20 @ 17:46

En réponse à: Souscription au livre Le Pain des compagnons par Laurent Bourcier, Picard la Fidélité

Jérôme [Visiteur]
Bonjour, Somme nous obligé de passer par un compte PayPal pour commander les livres ? merci bonne soirée
PermalienPermalien 16.08.20 @ 16:49

En réponse à: Enfin une preuve de l'existence de la corde à 13 nœuds chez les bâtisseurs du Moyen Âge !

Gérard CONTREMOULIN [Visiteur]
Bel exercice qui atteste, incontestablement, de la véracité des thèses "transitionnistes" de l'histoire de nos chères institutions.
La poésie et l'imagination viennent parfois secourir la quête vaine des sources antiques...
Merci Jean-Michel. L'humour est indispensable en ce moment...
PermalienPermalien 18.07.20 @ 06:21

En réponse à: Fumer comme un charpentier Renard Libre, Joyeux et Indépendant ?

Beauceron [Visiteur]
Bonjour,
Je suis compagnons passant charpentier, et je crois que les RJLI ne se sont pas éteint, j'ai ouïe dire que dans le sud de la France des charpentier se font appeler Renard Joyeux Libre et Indépendant.
Après peut être est ce juste une bande de joyeux drille qui plaisante.
Pour ma part je pense qu'un tel mouvement ne peut avoir ni de début ni de fin, il suffit de s'en réclamer pour finir par en être !

Cordialement Beauceron L'esprit Libre
PermalienPermalien 04.07.20 @ 16:34

©2021 by Jean-Michel MATHONIÈRE • Contact • Original b2evo skin design by Andrew Hreschak / Skin Faktory
Crédits: blog soft | affordable hosting