Derniers Commentaires

En réponse à: Les Compagnons cordonniers-bottiers du Devoir

cancé guy. [Visiteur]
toujours_pas de réponse à ma recherche de renseignements sur mon arrière grand-père JEAN PIERRE CANCE merçi par avance pour vôtre prochaine réponse.
PermalienPermalien 10.12.18 @ 12:52

En réponse à: Alerte faux ! Un portrait de Premier Compagnon Étranger tailleur de pierre, Louis Leloup dit "Le Bien-Aimé de Lyon"

Boucherès Alain [Visiteur]
Tout comme une gourde, actuellement, d'un soit-disant compagnon plombier, actuellement sur Ebay!!!Je ne m'aventurerai pas à y mettre un seul kopek!

Agenais la Tolérance
PermalienPermalien 02.12.18 @ 20:50

En réponse à: Alerte faux ! Un portrait de Premier Compagnon Étranger tailleur de pierre, Louis Leloup dit "Le Bien-Aimé de Lyon"

Boucherès Alain [Visiteur]
Bonjour à tous,

Effectivement, il s'agit d'un faux grossier, et je suis bien d'accord, il est réalisé à partir des planches qui se trouvent dans les livres d'Agricol Perdiguier. La ressemblance est évidente! merci donc à Jean-Michel! Puis, pour sourire un peu: j'adore l'expression "pour répondre à la boulimie d'acquisitions de René Edeline"....MDR!

Agenais la Tolérance
PermalienPermalien 01.12.18 @ 03:43

En réponse à: Derniers jours pour souscrire au livre de Louis Marguet, Le compagnonnage français

Yann Josse [Visiteur]
L'ouvrage, déjà conséquent, s'enrichi encore pour atteindre les 1800 pages!
la période de souscription s'étend jusqu'au 15 décembre pour vous permettre de faire vos derniers cadeaux de Noël.
Yann Josse, président des Compagnons Charpentiers Des Devoirs de Paris
PermalienPermalien 21.11.18 @ 10:02

En réponse à: Un curieux emblème sur une tombe de Moissac (82)

Jean-François Delord [Visiteur]
François Rouchy, né le 15-12-1854 à Moissac est scieur de long.
Son épouse, Jeanne Rouchy, est née à Durfort-Lacapelette (TG) le 24-11-1857.Mariage : Moissac, 15-12-1878.
Leur fils, Raymond Fargues, né le 7-12-1882 à Moissac, est marin lors de son mariage avec Marie Combalbert le 8-11-1910 à Moissac.
Cordialement.
JFD.
PermalienPermalien 18.11.18 @ 13:57

En réponse à: Les Compagnons cordonniers-bottiers du Devoir

SOUYRI J-CL [Visiteur]
Je recherche la ville ou la Société des Compagnons cordonniers et bottiers du devoir s' est faite photographier vers 1900 devant le n° 36 rue de Roquelaure, est ce Paris? TOULOUSE? AUCH?J' ai une TB photo impossible à localiser! Je vous remercie d' avance pour votre aide..C' est un restaurant, je peux lire:" UNION DES BRAVES Ter...GROSSOLEIL"sur la façade..A vous lire..
PermalienPermalien 15.11.18 @ 15:53

En réponse à: Le tombeau de Maître Jacques découvert par des archéologues à la Sainte-Baume (83)

@ Tzortzis :
Je vous remercie pour ce signalement. L'affaire a été portée à notre connaissance depuis trois ans, la destruction des emblèmes compagnonniques datant probablement du mois d'août 2015. J'ignorais toutefois qu'en plus il y a maintenant des tags. Tout cela est clairement l'œuvre de militants d'extrême-droite, qui auront confondu ces symboles avec ceux de la franc-maçonnerie. Les pouvoirs publics ont été informés.
PermalienPermalien 05.11.18 @ 08:29

En réponse à: Le tombeau de Maître Jacques découvert par des archéologues à la Sainte-Baume (83)

TZORTZIS georges [Visiteur]
Bonjour,
En promenade dans la forêt de la Sainte Baume, il y a une stele éléborée par les compagnons du Tour de france érigée à la gloire de Maître Jacques DECOUVERT.Les symboles gravés sur la stèle, ont été détériorés sans doute par ou par quelques énergumènes, et tagués et remplacés par une étoile de David. Je n'ai aucune appartenance au compagnonage, mais je trouve cela scandaleux et je tenais vous en informer
PermalienPermalien 05.11.18 @ 07:56

En réponse à: Avis de recherche : Compagnons partis en Amérique Latine

CALVEZ [Visiteur]
Bonjour.
Je suis à la recherche de tous renseignements que vous pourriez détenir (dates d'arrivée, profession ...)

SOUYRIS Jean marié à BOUSQUET Justine.

Valparaiso puis Santiago.

Merci Yves Calvez-Souyris
PermalienPermalien 31.10.18 @ 09:38

En réponse à: Les Compagnons vanniers du Devoir

Annadré [Visiteur]
Bonjour, j'ai grandi avec Sylvian qui était mon beau-père.
Il reste beaucoup de pièces de vannerie en Ardèche dans la maison où ma mère vit encore. J'ai toujours espéré que ces œuvres soient mises en valeur mais le monde des musées et métiers d'art demande beaucoup de temps et souvent, ils veulent bien prendre mais pas acquérir. Hors ces objets ont une très grande valeur. Ma mère aurait sûrement besoin d'aide pour que ces objets trouvent enfin une place dans un lieu adéquate. Si vous avez des pistes sérieuses, n'hésitez pas à me contacter. Merci
PermalienPermalien 06.10.18 @ 11:38

En réponse à: Avis de recherche sur Jérôme Baudassé, Compagnon Étranger tailleur de pierre

Il s'agit en fait de "Sans Regret de Poussan" (et non de Saussan, les deux graphies pouvant être aisément confondues). Il est en effet né le 12 décembre 1830 à Poussan.
PermalienPermalien 02.10.18 @ 19:54

En réponse à: Des instruments de géomètre à Bourgueil (37)

Mario [Visiteur]
Bonjour, En cherchant sur un site, je trouve l’équerre de géomètre divisée qui tient dans la main mais est utilisée sur un pied ou trépied. Site interessant comme celui-ci: http://www.lecompendium.com/page_thematique_geodesie.htm
PermalienPermalien 30.09.18 @ 07:49

En réponse à: Parution : Les interférences entre spéculatifs et opératifs français aux XVIIIe et XIXe siècles

La SFERE s'efforce de faire paraître les actes de ses séminaires annuels d'une année sur l'autre afin que ses habitués puissent en disposer lors de leur participation au séminaire suivant.

En la circonstance, ce volume a également bénéficié du fait que sa mise en pages a été réalisée par l'intervenant…
PermalienPermalien 25.09.18 @ 09:40

En réponse à: Parution : Les interférences entre spéculatifs et opératifs français aux XVIIIe et XIXe siècles

Mille martine [Visiteur]
Oui ouvrage très intéressant.
Par contre il faudrait plutôt saluer le délai relativement court de l'édition des actes de ce colloque : en général plutôt un an et demi ou 2 ans.
PermalienPermalien 25.09.18 @ 09:12

En réponse à: Une lithographie de 1853 représentant un chef-d'œuvre des compagnons passants charpentiers, Le Berryer

Jean Aubert, dit Tonneins l'Ami des Arts, est né le 27 décembre 1802 à Tonneins (Lot-et-Garonne). Il est décédé le 3 février 1870 à Paris XXe, à l’âge de 67 ans. Il était le fils de Jean-Pierre Aubert (1767-1822) et de Marie Garry (1769-1810). Il a épousé Thérèse Marie Bresque, née en 1806, le 9 février 1824 à Tonneins. De cette union est né un fils, Alphonse Aubert (1828-1889).
PermalienPermalien 20.09.18 @ 14:51

En réponse à: Les Compagnons couvreurs et les Compagnons plâtriers du Devoir

Cattelań [Visiteur]
Surnom de plâtrier bouquin ou vas sous.
PermalienPermalien 26.08.18 @ 15:00

En réponse à: Deux blasons corporatifs à Saint-Antonin-Noble-Val (82)

Fred Thibault [Visiteur]
Il y en a aussi un avec un taillant brettelé et une équerre. En voici deux photos que j'ai réalisées.





Merci pour tout ce que ce site apporte aux compagnons de tous les Devoirs.

Fred Thibault
Provençal la Quête du Savoir
CTDPDDU
PermalienPermalien 25.08.18 @ 19:10

En réponse à: Une œuvre de compagnon tailleur de pierre datée de 1764 à Saint-Martin-de-Ré

Pommier [Visiteur]
Il y a en effet des Pommier dans les registres d'état-civil de la région.

J'ai une question pour Maxime : pensez-vous que la présence du compas de proportion sur cet emblème signifie, du fait de sa présence dans les symboles du grade de Grand Maître Architecte, que l'on a affaire ici à un témoignage maçonnique des Hauts-Grades ?
PermalienPermalien 09.08.18 @ 07:17

En réponse à: Une œuvre de compagnon tailleur de pierre datée de 1764 à Saint-Martin-de-Ré

Merci Maxime pour cette remarque.

En effet, le 12e degré du Rite Écossais Ancien Accepté, sous l'intitulé de "Grand Maître Architecte", propose une vision du réel savoir géométrique et architectural des opératifs des XVIIe et XVIIIe siècles plus exacte et précise que celle des 1er et, surtout, 2e degré (compagnon).
PermalienPermalien 06.08.18 @ 07:13

En réponse à: Une œuvre de compagnon tailleur de pierre datée de 1764 à Saint-Martin-de-Ré

Maxime [Visiteur]
le compas de proportion est dans l'étui de mathématiques au grade de grand maître architecte
PermalienPermalien 05.08.18 @ 11:32

En réponse à: Un rituel des compagnons raboteurs de parquet découvert dans des archives publiques

Pascal AUGER [Visiteur]
Bien qu'artisan menuisier ébéniste, je suis franc-Maçon (GLDF) depuis 34 ans par orientation familiale. Sur les chantiers j'ai souvent rencontré la fraternité compagnonnique et certains sont des amis. Sur ma canne de marche j'ai gravé "parce que les manuels ont encore quelque chose à dire". Fraternellement. Pascal
PermalienPermalien 02.08.18 @ 10:33

En réponse à: Une œuvre de compagnon tailleur de pierre datée de 1764 à Saint-Martin-de-Ré

Lalanne [Visiteur]
Je ne peux en rien compléter, augmenter , enrichir ces riches informations, mais je peux remercier pour cet enrichissement que je reçois . Il n ' est pas du trop
PermalienPermalien 01.08.18 @ 12:59

En réponse à: La signature de La Pensée de [Pont] Saint-Esprit, compagnon passant tailleur de pierre, à Eygalières (13) en 1743

Boucherès Alain [Visiteur]
Bonjour,

Je partage cet avis sans aucune restriction! A présent, je peux comprendre l'agacement d'un auteur, qui cherche, qui publie bénévolement et qui n'a pas le moindre commentaire ni le plaisir de lire, et de partager des posts relatif au site consulté! Jean Michel n'est hélas pas le seul...Je pense aussi à Picard la Fidélité! Plus personne ne lit, plus personne n'écrit....Dans quel monde vivons-nous?
PermalienPermalien 31.07.18 @ 05:30

En réponse à: La signature de La Pensée de [Pont] Saint-Esprit, compagnon passant tailleur de pierre, à Eygalières (13) en 1743

Lalanne [Visiteur]
Merci de ne pas laisser ce blog trop silencieux . Tous ceux qui s ' intéressent au travail ancien ou plus récent des Compagnons , ne peuvent que vous en remercier . C. L
PermalienPermalien 28.07.18 @ 09:55

En réponse à: Les deux ponts « à coquille » de Lourmarin et de Bonnieux (84)

Marc VIGREUX [Visiteur]
Bonjour,
Fin juin je suis allé voir le pont très remarquable dit "Pont de Bonnieux". Il est très facile d'accès, une fois la voiture garée sur le retrait de la D943, un peu en dessous le début du chemin d'accès.
J'ai ramené de cette balade une série de photos (toutes géolocalisées) que vous pouvez visionner dans l'album à cette adresse :
http://les-milles.fr/marc/index.php?/category/PontACoquille

L'inscription 1722 se trouve au sommet de la voute de l'arche, mais côté amont. Ces deux photos en particulier la montre :
vue de l'amont : http://les-milles.fr/marc/picture.php?/8306/category/PontACoquille
vue de l'inscription :
http://les-milles.fr/marc/picture.php?/8320/category/PontACoquille

Je vais sans doute aller en reconnaissance pour atteindre le Pont de Lourmarin.

En effet la lecture de votre blog est très intéressante.
PermalienPermalien 17.07.18 @ 17:53

En réponse à: Les deux ponts « à coquille » de Lourmarin et de Bonnieux (84)

Annette Pignoly [Visiteur]
Bonjour, je viens de relire tout ce qui a été écrit sur les ponts coquille de Bonnieux et Lourmarin. J'habite à une dizaine de km de Lourmarin. J'ai récemment parcouru le sentier qui m'a permis de découvrir dans un premier temps celui de Bonnieux (l'inscription que l'on peut lire "1722 IP" seul le 1 est un peu abîmé). Sur la carte de Cassini et sur le cadastre napoléonien la route de Marseille à Apt passait par là. Pour celui de Lourmarin, pour y avoir passé un très grande nombre de fois, je ne l'avais jamais remarqué alors qu'il est au bord de la route. Il est difficile de l'aborder à cause du grillage. Une amie possède un acte passé en juin 1620 concernant une réparation de ce pont. Ce qui me choque un peu c'est l'écart des dates.
Il y a un pont près de celui de Lourmarin sur lequel, j'ai pu nettement voir 2 voûtes mais dont une est fermée.
Votre blog est très intéressant. Au plaisir d'y revenir
PermalienPermalien 17.07.18 @ 13:53

En réponse à: Le compas et l'équerre à Tournon-sur-Rhône (07)

Fitz [Visiteur]
Bonjour,
J'habite Tournon depuis peu et j'avoue que je suis tres curieuse sur l'histoire de Tournon et cet emblème maçonnique sur la facade de ce batiment m'intrique. Pouvez vous m'en dire plus?
PermalienPermalien 28.06.18 @ 17:43

En réponse à: Les Compagnons vanniers du Devoir

Marie JOBLIN [Visiteur]
Je cherche à entrer en relation avec Martine MAURAND, la nièce de Sylvian. Comment faire ?
Très cordialement
PermalienPermalien 02.06.18 @ 10:42

En réponse à: ENCORE DE FAUSSES CANNES DE COMPAGNONS EN VENTE PUBLIQUE !

SUPPO [Visiteur]
Pourquoi de telles fausses cannes sont-elles mises en vente. Je n'en comprends pas du tout le sens.J'ai effectué en son temps le TDF et tout "objet" possède sa signification exacte.Je ne sais pas ce qu'un "profane"peut donner comme explication.Puisqu'il faut passer par une initiation, pour réellement en connaître et apprécier le sens exact.
PermalienPermalien 31.05.18 @ 21:22

En réponse à: ENCORE DE FAUSSES CANNES DE COMPAGNONS EN VENTE PUBLIQUE !

SUPPO [Visiteur]
Je suis tombé par hasard sur ce site. C'est réellement scandaleux un tel "trafic"! Surtout que je ne vois pas le but exact de ce commerce.Trafic d'argent rien de plus. A quoi sert de possèder une canne de CDTDF sans en connaître la réelle signification?Moi-même ait effectué le TDF et je déplore vraiment de tels procédés "Malhonnêtes"!
PermalienPermalien 31.05.18 @ 21:09

En réponse à: Linteaux et marques en Alsace

@ Brigitte : les charpentiers ont principalement la hache comme emblème, avec le compas éventuellement. Et les serruriers… les clés !
PermalienPermalien 31.05.18 @ 14:58

En réponse à: Linteaux et marques en Alsace

Brigitte [Visiteur]
Les autres compagnons charpentier et serrurier par exemple avaient ils aussi leur propre symbole et quel était il ? " merci
PermalienPermalien 31.05.18 @ 14:52

En réponse à: [Vidéo] Les compagnons tailleurs de pierre et la religion

@ Michel : je ne vois pas non plus le lien entre saint Laurent et les tailleurs de pierre, si ce n'est, peut-être, le fait qu'il était invoqué pour les blessures aux yeux et pouvait à ce titre combattre les blessures dues aux éclats de pierre lors de la taille.
PermalienPermalien 29.05.18 @ 18:25

En réponse à: [Vidéo] Les compagnons tailleurs de pierre et la religion

Michel [Visiteur]
Votre intervention est toujours aussi intéressante.
au nord de Lyon nous avons Saint Laurent comme patron des tailleurs de pierre, je n'arrive pas à expliciter le lien entre les deux...
PermalienPermalien 27.05.18 @ 20:47

En réponse à: Saint Marin, tailleur de pierre

Anne Camboulives [Visiteur]
Un bel article, comme toujours :-)
Merci de nous en faire profiter
PermalienPermalien 15.05.18 @ 07:16

En réponse à: Un exceptionnel trophée de Compagnons tailleurs de pierre daté de 1757 à Notre-Dame-des-Doms, Avignon (84)

Gervais Brigitte [Visiteur]
SUPERBE !et
Émouvant !cela nous élève !
Merci pour le partage 😉
PermalienPermalien 11.05.18 @ 05:44

En réponse à: Un exceptionnel trophée de Compagnons tailleurs de pierre daté de 1757 à Notre-Dame-des-Doms, Avignon (84)

L'auteur de ce magnifique graffiti est identifié : il s'agit d'un compagnon tailleur de pierre et architecte avignonnais, Joseph-Abel Mottard (I pour J, A et M).

Et la source iconographique est un cartouche provenant de L'Architecture des voûtes du Père François Derand, publié en 1643, puis réédité en 1743 et 1755, soit deux ans avant ce graffiti.



© Jean-Michel Mathonière 2018, reproduction interdite.
PermalienPermalien 10.05.18 @ 06:47

En réponse à: Une trompe en angle à Saumur (49)

J'ai interrogé un compagnon radiesthésiste du Devoir et il m'a répondu d'aller consulter un compagnon géobiologue des Devoirs Unis. Je l'ai fait, et il m'a adressé aux Pastafariens. Qui m'ont confirmé qu'il était important de croire en le Grand Nouillesque céleste…
PermalienPermalien 04.05.18 @ 14:27

En réponse à: Une trompe en angle à Saumur (49)

Leleu-Elias [Visiteur]
Bonjour,

Demandez à un Compagnon, à un géobiologue ou à un radiesthésiste de passer devant cette "coquille", en recherchant des forces sacrées...
Lorsque vous aurez une évidence, il sera intéressant de l'interpréter.

Très cordial salut aux Compagnons.
PermalienPermalien 04.05.18 @ 13:38

En réponse à: Présence des compagnons passants tailleurs de pierre lors de la pose de la première pierre de l'Hôtel de ville d'Avignon, le 29 mars 1846.

Voici ce à quoi ressemble une truelle commémorative à cette époque :

https://www.sudouest.fr/2013/02/22/un-outil-d-or-et-d-argent-974064-657.php
PermalienPermalien 27.04.18 @ 17:23

En réponse à: Un emblème de Compagnon boulanger à Rouziers (37)

Brosseau Serge [Visiteur]
Samedi j'ai trouvé, par hasard, une tombe de compagnon boulanger, au cimetière du Lude. Elle comporte, outre le rouable et la pelle,la couronne d'épines, pampres, raisin, épis de blé, étoile cinq branches et un niveau. Plus les lettres (dispersées) L C B D D dont je ne retrouve pas le sens. Je n'ai pas encore réussi à lire le nom de ce Compagnon. Je dispose de photographies
PermalienPermalien 24.04.18 @ 12:56

En réponse à: Un rituel des compagnons raboteurs de parquet découvert dans des archives publiques

dany [Visiteur]
assimiler Caillebotte à un C. c'est fort ! lui le fils de bourgeois montpelliérain ! Mais il était fort fraternel et généreux, avec ses amis artistes ...
Joyeuses pâques !!!
PermalienPermalien 04.04.18 @ 12:13

En réponse à: Un rituel des compagnons raboteurs de parquet découvert dans des archives publiques

Boucherès Alain [Visiteur]
En vieillissant, notre ami Jean-Michel Mathonière progresse dans l'imaginaire!
Le poisson d'avril est devenu incontournable et fait toujours rire!
Bravo et merci, un peu d'humour ne peut pas faire de mal!Bonne continuation!
Agenais la Tolérance
CB
PermalienPermalien 01.04.18 @ 16:38

En réponse à: Un rituel des compagnons raboteurs de parquet découvert dans des archives publiques

Macaire [Visiteur]
Très intéressant sujet sur ces compagnonnages restés fidèles au calendrier.
PermalienPermalien 01.04.18 @ 16:20

En réponse à: Un rituel des compagnons raboteurs de parquet découvert dans des archives publiques

ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉˉ│∩│&#71 [Visiteur]
:D)  :D) :D) :D) :D) :D) :D) :D)
  :D) :D) :D) :D) :D) :D) :D
:D) :D) :D) :D) :D) :D) :D) :D)
:D) :D) :D) :D) :D) :D) :D
:D) :D) :D) :D) :D) :D) :D) :D)
:D) :D) :D) :D) :D) :D) :D
:D) :D) :D) :D) :D) :D) :D) :D)
:D) :D) :D) :D) :D) :D) :D
PermalienPermalien 01.04.18 @ 08:50

En réponse à: La trace des Compagnons couvreurs du Devoir à Nevers (58)

Villadère Henri [Visiteur]
c'étaient mon arrière-arriere grand père et son propre père:





Ils faisaient aussi des étains
PermalienPermalien 18.03.18 @ 16:33

En réponse à: Le compagnonnage donne-t-il des boutons ?

DIMITRI FKNME [Visiteur]
Bonjour je ne sais pas si ce forum est toujours actif mais je laisse ce commentaire à la destination d'un promeneur impromptu. J'ai vu ce symbole à l'entrée d'un grand hangar à creil(60), le symbole est effectivement le même que sur la photo, Crepin à raison.
PermalienPermalien 04.03.18 @ 21:34

En réponse à: Les Compagnons cordonniers-bottiers du Devoir

marcel cottanceau [Visiteur]
recherche renseignement sur mon arrière grand père compagnon cordonnier pour généalogie familiale Nom Jules BARBIN né à SAUMUR Maine et Loire en 1849
PermalienPermalien 27.02.18 @ 13:23

En réponse à: Les compagnons couvreurs

Potier Philippe [Visiteur]
Bonsoir monsieur, peut-être pourriez vous m'aider. Je suis le petit-fils par alliance de Stéphane Lestoclet meilleur ardoisier de France à son époque! Il m'a dit qu'il avait réalisé le toit en ardoises vernies du duché d'Uzès dans le gard! Malheureusement je n'ai aucun document à ce sujet! Savez vous vers qui je pourrais m'adresser pour en trouver!! En vous remerciant par avance et m'excusant pour le dérangement!!
Philippe Potier
PermalienPermalien 19.02.18 @ 21:17

En réponse à: La tradition et sa transmission dans les compagnonnages : aperçus en forme de mise au point

@ Lionel Bach :
La conduite proprement dite ne concerne que le départ du compagnon. Mais l'arrivée pouvait aussi donner lieu à certains usages.
Ainsi, chez les compagnons passants tailleurs de pierre au XVIIIe siècle, celui qui "tombait" (arrivait) devait se faire reconnaître auprès du premier compagnon sédentaire qu'il rencontrait et ce dernier devenait son rouleur, lui faisant faire le tour des maîtres susceptibles de lui fournir une embauche et le présentant à tous les compagnons croisés à cette occasion, lui trouvant un logement dans une auberge, etc. Un temps fort de cette "tombée" était le lavement des pieds du voyageur.
PermalienPermalien 03.02.18 @ 08:55

©2018 by Jean-Michel MATHONIÈRE • Contact • Original b2evo skin design by Andrew Hreschak / Skin Faktory
Crédits: blog soft | affordable hosting